Faut-il avoir plusieurs gammes de produits pour augmenter ses ventes?

Dernièrement, je me suis (enfin) acheté un nouveau Mac ! Ça faisait vraiment longtemps que je voulais en acheter un nouveau, mais je voulais vraiment pousser mon ancien Mac le plus possible pour être sûr d'acheter un nouveau vraiment pas nécessité et non par envie. Au prix que ça coûte, je ne voulais pas faire une folie dont j'aurais pu m'en passer. Par contre, j'ai eu une expérience que je ne m’y attendais vraiment pas surtout venant d'Apple. Toute fois, c'était une super expérience d'apprentissage au niveau de l'entrepreneuriat, de la multiplication des choix, du temps de la prise de décision, de l'expérience client, de la satisfaction et de la fidélisation client.

Pas d'iMac quand on est nomade

Donc comme je disais, je me suis acheté un nouveau Mac. Un MacBook Pro Retina pour être plus précis ! J'aurais vraiment voulu un iMac 27". C'est une machine tellement belle, tellement grande et tellement simple que j'aurais vraiment vraiment vraiment voulu l'acheter. Mais bon, j'ai du prendre le MacBook Pro Retina un tout petit à contrecœur pour la simple raison que je suis nomade. Je me déplace beaucoup, je déménage souvent, et dans 3 ans j'envisage déjà de changer de pays. Et l'année passée, quand j'ai changé de pays, on m'a demandé 1000$ pour transporter mon ancien iMac (la rage totale en sachant qu'un neuf commence à 1200$). Donc pour éviter de vivre cette mauvaise expérience une nouvelle fois, je me suis pris un portable... Mais bon, cette partie ne vous intéresse pas vraiment, j'imagine ? :) Donc je vais en venir au fait : le choix de mon MacBook.

Comment c'est passé le moment où je devais faire mon choix?

Alors, je suis arrivé dans le magasin, j'ai cherché un vendeur et je lui ai demandé des informations sur les Mac portables. Quand je veux acheter quelque chose, j'aime énormément me faire passer pour quelqu'un qui n'y connaît absolument rien pour 2 raisons : 1. Je veux voir comment le vendeur se comporte, s'il est honnête, s'il sait de quoi il parle ou s'il veut juste me vendre des trucs et m'arnaquer. Je veux donc voir si je peux mettre ma confiance en ce vendeur. 2. Souvent, je pense savoir plein de choses, mais ce que je pense être vrai ne l'est pas toujours. Pour cette raison, j'aime vraiment remettre mes connaissances à zéro, oublier ce que je crois savoir, et laisser les autres m'apprendre ce qu'ils savent. 90% du temps, ils ne m'apprennent rien, 95% du temps, je me rends compte qu'ils ne savent pas du tout de quoi ils parlent et ça m'énerve, mais 5% du temps, je tombe sur des mecs géniaux qui m'apprennent plein de choses dont j'ignorais totalement! Et quand cela arrive, je suis vraiment aux anges !

Bref, je me suis encore égaré du sujet principal, j'y reviens!

Et on entre ENFIN dans le vif du sujet!

Donc, comme je disais, je dis au vendeur que je veux un portable Apple et je lui demande ce qu'il peut me proposer. Et là, mon cauchemar commence... Le vendeur me présente 4 portables différents... - Le MacBook Air - Le MacBook Pro 2013 - Le MacBook Pro Retina - Le MacBook Pro 15"

À ce moment-là... je commence à avoir la tête qui tourne... Je lui demande alors c'est quoi la différence entre tous ces modèles (je ne m’y attendais vraiment pas à tous ces modèles). Il commence à me parler un peu des différences techniques... - Le MacBook Air n'est pas très puissant, il ne permet pas de faire grand-chose à part de la bureautique et des trucs simples (me dit le vendeur) - Le MacBook Pro 2013 (ou 2014 je ne me souviens plus), coûte moins cher que le Retina, mais a beaucoup plus de puissance, un gros stockage, une carte graphique intéressante, etc.

Et il continue comme ça pour les autres Mac. Que les choses soient claires : je n'y connais rien en informatique ! Je veux juste un ordi qui fasse ce que j'ai besoin, qui dure longtemps, que je n'ai aucun problème avec et qui soit super simple a utiliser. Le vendeur me parle de plein de trucs techniques dont je n'y comprends absolument rien. Un a ceci, l'autre n'a pas, mais à ça à la place, oui celui-là est plus cher, mais il a ça en moins... oufff je vous dis que j'ai eu mal à la tête! Quand il avait fini son monologue, j'ai été forcé de lui dire que j'avais besoin d'aller marcher un peu pour y réfléchir! Il y avait tout simplement trop de modèles différents, trop de choix! Quant au vendeur... il aurait dû lire mon article où je demande si les vendeurs sont à l'écoute de leurs prospects. S'il était à l'écoute, il aurait compris qu'il m'avait donné un mal au crâne avec toutes ses informations incompréhensibles et indigestes.

Mon expérience en 2009 était totalement différente.

En 2009, quand j'ai acheté mon MacBook (dans un autre magasin), mon expérience était totalement différente et vraiment meilleure. À l'époque, il y avait 2 modèles et 3 gammes par modèle. Il y avait donc : - l'entrée de gamme qu'on pouvait faire évoluer à 3 niveaux différents - le modèle haut de gamme avec 3 niveaux différents

Le choix était donc ultra simple :

  • un portable pour monsieur et madame tout le monde. Plus on investit, plus le Mac est puissant (simple)
  • un portable pour les pros et plus on investi, plus il est puissant (simple)

L'offre est donc ultra simple et le choix ultra simple ! Il n'y avait pas de discours du type un fait ci, mais pas ça, mais l'autre fait ça, mais pas çi. Il n'y avait aucune réflexion stratégique et compliquée à avoir. C'était juste : - suis-je un particulier ou un pro - combien je veux mettre

Et ça s'arrête là.

Je ne me souviens même plus ce que le vendeur m'a dit, mais je me rappelle que mon choix était ultra rapide, simple et franchement agréable ! Je me souviens de la joie que j'avais en partant le payer à la caisse et sur le chemin du retour!

C'était quoi le problème avec ma dernière expérience?

Avec ma dernière expérience, l'offre était vraiment trop compliquée. Le dernier modèle est plus puissant, mais n'a pas ça, le nouveau modèle a moins de stockage, mais fait ça mieux, l'autre modèle est top pour ceci, mais les autres font l'autre truc beaucoup mieux... bref, le vendeur ne m'aidait pas. Il m'embrouillait. Il déballait toutes ces connaissances comme une encyclopédie sur patte et se lavait les mains par la suite en me laissant faire mon choix, seul face à moi-même...

Cette simplicité que m'avait habituée Apple m'a vraiment manqué

Ce que j'aimais énormément avec Apple avant (et que plein de gens détestent), c'est qu'il n'y a pas un million de choix. Le message d'Apple avant était ultra simple : "Je te propose ce modèle parce que c'est le meilleur, pour toi!". Pas la peine de se demander quel modèle est mieux. Apple a déjà fait la sélection pour moi, et il ne me reste plus qu'à acheter, car c'est le meilleur choix. Point. Cette méthode est pour moi un véritable soulagement. Pas de prise de tête, pas de réflexion trop longue et épuisante. Le travail a déjà été fait, il ne me reste plus qu'à sortir ma carte et payer.

Plus d'offres pour plus de ventes

Aujourd'hui, avec Tim Cook, cela a énormément changé. Apple diversifie énormément sa gamme de produits et tente de toucher le maximum de clients possibles (or qu'avant ils proposaient des produits spécialement pensés pour moi, et pour moi uniquement. C'est ce que je ressentais intimement en tout cas). Aujourd'hui, si une personne à un petit budget, il y a tel iPhone, s'il y a plus de cash, il y a tel iPhone. S'il veut un écran super grand, tel modèle. Un écran moins grand, tel modèle. Au point de vue d'un gestionnaire, j'imagine que c'est parfait. On peut atteindre le maximum de clients donc augmenter considérablement les ventes. D'ailleurs, le champion dans ce domaine, c'est Samsung. Il a une infinité de modèles de téléphone différents. Tellement, que je ne sais même pas c'est quoi les différents modèles, ni c'est quoi leurs différences, leurs prix et leurs noms (et ça ne réussit pas super bien Samsung vu qu'en ce moment c'est crise, car il ne rentre plus dans leur frais à cause de cette stratégie). En faite pour moi, dès qu'il y a trop de choix, mon cerveau chauffe, je n'arrive plus à réfléchir et comme je ne sais plus quoi faire, je m'énerve et je m'en vais sans rien prendre (grrr)!

Trop de choix, rime avec moins de clients fidèles

Tout ça pour dire que la simplicité de l'offre d'Apple a disparu et je trouve ça vraiment dommage. Le choix est plus difficile, le temps de réflexion beaucoup plus long et la décision d'achat arrive beaucoup plus difficilement (si on arrive à prendre une décision). Par ailleurs, vu qu'il faut prendre le temps de choisir qu'est-ce qui serait mieux pour faire ce que je veux faire, on perd complètement ce sentiment de produit fait pour moi, juste pour moi. On perd ce sentiment d'appartenance. Je n'achète plus parce que c'est le meilleur modèle qui a été fait pour moi. J'achète parce que c'est un choix parmi d'entre d'autres. Je suis donc beaucoup moins attaché...

Et mois dans tout ça? Est-ce que mon offre est plus simple?

Dans mon entreprise personnelle, j'avais fait également la même complexité (flûte!). J'avais mis 2 types de prix (achat ou forfait) divisé en 3 gammes de prix où j'ajoute des fonctionnalités en faisant gonfler le prix également. Officiellement, mon objectif était d'augmenter mes chances qu'un prospect trouve l'offre qui lui correspond. Officieusement, pour être honnête, j'avais juste peur que le client trouve que mon prix soit trop cher. J'ai donc divisé en des offres moins chères pour ne pas perdre des prospects à cause du prix.

Ce que cette expérience m'a appris

Après l'expérience que j'ai eue avec l'achat de mon Mac, je me rends compte que la stratégie que j'ai appliquée au niveau de mes offres était vraiment stupide! En faîte, j'ai transmis mon hésitation et ma peur au prospect en lui faisant 6 offres et en priant pour qu'il en choisisse une. Résultat, le client reçoit mon hésitation et ma peur qui devient sienne et il ne sait plus quoi faire à son tour. En gros, comme le vendeur de mon Mac, je n'aide pas mon client. Je ne fais que l'assommer d'une tonne d'informations indigeste parce que je ne veux pas prendre la responsabilité de faire le meilleur choix pour lui.

C'est qui le professionnel?

En faîte, je me dis que je dois vraiment simplifier mon offre. Je ne dois pas balancer plusieurs choix compliqués en espérant qu'une des offres sera retenue par le client. Je dois lui offrir une seule, car c'est la meilleure pour lui! Moins le client a besoin de réfléchir, plus la décision d'achat est rapide. De plus, si on fait la meilleure offre possible, pourquoi le client dira non? S'il dit non, c'est juste qu'il ne fait pas partie de notre clientèle cible (ou que l'offre doit encore être améliorée).

Pourquoi un client vient chercher un interlocuteur?

Quand un client vient acheter un produit, il y a deux possibilités : - soit il sait exactement ce qu'il veut et va acheter rapidement - soit il ne sait pas vraiment ce qu'il a besoin et il cherche de l'aide

Et ce n'est pas en proposant plusieurs choix que le client saura mieux quoi faire. Il sera juste perdu encore plus et finira par prendre quelque chose sans trop savoir pourquoi c'était mieux et sans en être totalement convaincu par son choix d'achat. Il repartira agacé et se demandera s'il n'a pas fait une connerie. Il se demandera surtout s'il n'a pas pris la mauvaise décision.

Maintenant on modifie un peu le scénario

Si on change la façon de faire, si on assume pleinement notre rôle d'expert qui apporte une véritable valeur ajoutée à l'échange qu'on a avec un client, cela donnerait ceci : - Le client explique son problème - On lui dîtes qu'on comprend parfaitement (sans mentir!) - On lui dit que pour son problème la solution, c'est ça! - le client demande pourquoi - On lui répond en argumentant simplement dans son langage (sans tous ces trucs en chinois incompréhensif) - le client demande si on êtes sûr - et on répond absolument, c'est le choix qu'il vous faut. C'est le produit le mieux adapté pour vous et qui répondra parfaitement à vos besoins, c'est une certitude!

À tous les coups, le client dira parfait. Si ça correspond à son budget et que c'est la solution à son problème, il partira avec le produit! Et le plus beau, c'est qu'il aura un poids en moins sur les épaules. Il ne se demandera pas "est-ce que J'AI fait le bon choix?" Il se dira : "J'ai pris ça parce que c'était mieux! C'est le vendeur qu'il l'a dit!" Et c'est une énorme différence! Et le pire, c'est qu'à ce moment précis, vous n'avez pas simplement fait une vente de plus, vous n'avez pas obtenu un client de plus, vous avez obtenu un client fidèle qui reviendra automatiquement quand il aura besoin d'aide parce vous avez su gagner sa confiance! Et ça, ça vaut énormément plus! C'est ce qui rend une entreprise ultra riche!

En conclusion

Comme je le disais plus haut, j'aime quand c'est simple, quand je n'ai pas à me poser des questions. Toute fois, une grande quantité de personnes détestent ça et veulent pouvoir réfléchir, modifier et personnaliser leur produit. C'est d'ailleurs pour ça et grâce à ça qu'Android a pu voir le jour et est devenu ultra populaire face à l'iPhone. Toute fois, ce que je retiens, c'est qu'une entreprise ne doit pas s'efforcer à servir et satisfaire le maximum de personnes possibles. Elle doit avant tout cibler les clients qui deviendront des clients fidèles ultras attachés à l'entreprise et reviendront acheter encore et encore. Et pour cela, il faut une offre simplifiée spécialement destinée pour eux et que ça se sente profondément. En tout cas, c'est la stratégie que je préfère adopter. Et vous, que pensez-vous de tout ça? Préférez-vous les offres monogamme ou vous êtes pour la diversité des offres pour toucher un maximum de monde et pourquoi ?



Dans la même catégories que Développement

Combien de fonctionnalités doit avoir un nouveau produit?

Quand on lance un nouveau produit, site, service, ou autre, il est tentant de vouloir toujours en rajouter plus. Plus de fonctionnalités, plus de caractéristiques, plus de ceci, plus de cela (ha ça serait bien si on pouvait faire ça! Ha, ça serait beaucoup plus pratique si on pouvait ce ci). Toute fois, est-ce vraiment une bonne idée ou juste un moyen pour réduire vos chances de réussir?

Lire la suite

Améliorez vos produits grâce à une méthode magique trop souvent oubliée : le feedback!

Demander une rétroaction pour améliorer votre entreprise

Vous êtes vous déjà demandé comment améliorer votre produit? Pourquoi votre entreprise ne décolle pas? Pourquoi vous n'avez pas de clients? Comment augmenter votre taux de rétention ? Si vous vous posez ces questions et que vous n'avez toujours pas de réponses satisfaisantes, je poserais alors la question suivante : avez-vous une stratégie de feedbacks ? Demander aux clients un retour d'expérience peut aider énormément votre entreprise à s'améliorer et à comprendre ce que vous avez du mal à comprendre.

Lire la suite

La simplification ultime pour créer le produit ultime

Augmenter les performances de votre produit en le simplifiant au maximum

**J'écoutais une vidéo de Laurent Chenot, et à un moment donné, il a dit une phrase qui m'a énormément marqué : "le meilleur produit est celui qui n'existe pas". J'ai trouvé ça tellement vrai! Je me l'étais déjà dit plusieurs fois, mais d'une autre façon. Mais ça façon à lui de le dire, à bien plus de punch, plus d'impact et résume bien mieux cette philosophie! Et là, j'imagine que vous vous demandez de quoi je suis en train de parler? Voici des explications : ** Vendre un produit qui n'existe pas En gros, cela signifie que le meilleur produit est celui que vous vendez déjà alors qu'il n'existe même pas. Cela a énormément d'avantages : - vous pouvez tester immédiatement l'intérêt de votre marché pour votre produit (qui n'existe pas) - faire entrer des sous pour son développement (au lieu de prendre de votre poche et de l'amortir grâce aux bénéfices réalisés plus tard éventuellement) - éviter de faire faillite rapidement (parce que finalement ça n'intéresse plus les prospects qui étaient intéressés avant le développement) - ça vous permet d'être sur le marché plus rapidement (et d'éviter d'être devancé par des concurrents plus rapides) - ça fait entrer les sous plus rapidement (donc on peut vivre de sa passion plus rapidement) - etc. J'en avais en parlé dans un précédent article ou je recommandais de vendre avant de produire. Pourquoi j'en parle de nouveau alors? En faîte, je trouve que cette phrase va encore plus loin. Dans ma tête, je disais : "Avant de produire le produit, commence à vendre. Et pour cela, commence à faire un prototype." Mais en faîte, je vends quelque chose qui existe déjà : le prototype. Ce qui au final, est déjà de trop. Le secret, c'est la simplification ultime Vous est-il déjà arrivé qu'un ami vous parle d'un truc troooop bien ? Un truc qu'il vient d'acheter, de découvrir, de recevoir? Et la façon qu'il parle, ça donne l'impression que le truc est vraiiiiiment ultra intéressant et ça vous donne troooop envie de l'avoir également !! Ça vous est déjà arrivé n'est-ce pas? Et pourtant, vous n'aviez aucun produit sous les yeux, aucun prototype à tester, aucun visuel, rien. La seule chose que vous aviez, c'était le discours ultra séduisant de votre ami. Et juste ça, ça vous donnait envie d'acheter déjà. Cela montre bien qu'au final, vous n'avez même pas besoin de montrer le produit final ni même un prototype pour vendre. La seule chose dont vous avez besoin, c'est d'une promesse extrêmement alléchante. Rien de plus. Le truc qui n'existe pas c'est top! Mais avec la phrase "le meilleur produit est celui qui n'existe pas", ce qui m'interpelle le plus, c'est la fin : "ce qui n'existe pas". En faite, il faut que ça devienne complètement une philosophie à par entière dans votre entreprise. Mettez tout ce que vous voulez devant, et finissez toujours par "ce qui n'existe pas". Par exemple : - le meilleur déchet est celui qui n'existe pas - le meilleur problème est celui qui n'existe pas - le meilleur crédit est celui qui n'existe pas - le meilleur produit est celui qui n'existe pas - le meilleur intermédiaire est celui qui n'existe pas - le meilleur didacticiel est celui qui n'existe pas - le meilleur ordinateur est celui qui n'existe pas - le meilleur outil est celui qui n'existe pas Comment travailler avec un outil qui n'existe pas?? En faite, ce que je ve vous faire comprendre, c'est que plus vous parvenez à supprimer des étapes, plus vous gagnez en efficacité et en performance. Prenons par exemple cette phrase : "le meilleur ordinateur est celui qui n'existe pas". Avant, l'ordinateur, c'était compliqué. L'informatique, c'était compliqué. Quand on voulait en acheter un, il y avait une tonne de configurations possibles : - quel type de disque dur choisir? - combien de barrettes de mémoire? - quel processeur? - quelle carte mère? - etc. Et une fois l'ordinateur acheté, la complexité continue dans le choix des applications pour savoir s'il est compatible ou non. Est-ce que l'ordi a : - le bon système d'exploitation? - suffisamment de mémoire vive? - suffisamment d'espace libre? - un processeur assez rapide? - etc. En gros, un vrai casse-tête que beaucoup de gens ne comprenaient rien et surtout qui les faisait fuir. Place à la suppression de ce qui est inutile Aujourd'hui, on prend notre super téléphone, on va dans l'App Store ou équivalent et on télécharge l'app qui nous intéresse. Aussi simple que ça. Plus besoin de se poser une tonne de questions. En plus, pour les gens, ce qu'ils ont entre les mains, c'est un téléphone. Mais en réalité, c'est un ordinateur. Sauf que l'ordinateur n'existe plus. Il a été tellement simplifié, tellement épuré, tellement effacé aux yeux de l'utilisateur, que celui-ci ne le voit même plus. Et grâce à ça, l'utilisateur à plus de simplicité, de confort, l'utilise beaucoup plus souvent et est séduit beaucoup plus rapidement. En conclusion Si vous désirez améliorer grandement votre produit ou service, demandez-vous alors, qu'est-ce que vous pouvez supprimer pour le simplifier? Qu'est-ce qui n'est pas fondamentalement utile? Qu'est-ce que vous pouvez effacer pour que ce soit encore plus transparent aux yeux de l'utilisateur ? Quelles étapes ne sont pas forcément obligatoires au bon fonctionnement ? De quoi pouvez-vous vous passer et qui n'affecte pas vos performances ou qui les augmentent carrément?

Lire la suite

Les fausses excuses des entrepreneurs pour expliquer leurs échecs

les erreurs d'entrepreneurs qui causent leurs échecs en affaire

L'échec fait partie intégrante de la vie des entrepreneurs. Toute fois il y a deux façons de le prendre : de façon intelligente en assumant pleinement son échec et surtout en tirant des enseignements. Et d'une façon stupide en mettant la faute sur les autres en passant que nous et notre projet étions parfaits. Voici quelques exemples typiques de fausses excuses d'entrepreneurs pour expliquer leurs échecs :

Lire la suite

Qu'est-ce qui vous motive à entreprendre et à ne pas abandonner?

repousser les limites d'un entrepreneur

Ce soir, ma famille écoutait "the voice" à la TV. Ce genre d'emission ne m'intéresse pas du tout mais comme je mangeais en même temps, je regardais juste durant le repas. Mais bon, pour ceux qui comme moi ne connaissent pas ça, en gros, il y a plusieurs chanteurs qui performent sur scène, pendant que 4 coachs leur tournent le dos. Et le but, c'est de faire en sorte que les coachs se retournent tellement la performance les as touchées. Pendant que je mangeais, plusieurs chanteurs sont passés. Je les trouvais tous bof bof et visiblement les coachs étaient de mon avis vu qu'aucun ne s'est retourné à chaque fois. Puis à un moment donnée, c'est au tour d'une fille. Chose importante : avant chaque performance, l'artiste se présente en coulisse. Et la dernière chanteuse a expliqué ses motivations, ses raisons de chanter et son rêve. Avant même qu'elle monte sur scène, avant même qu'elle commence à chanter, je savais déjà que les coachs allaient se retourner et qu'elle allait exploser la baraque! Et à peine monté sur scène, ce que j'avais prédis arriva. Les coachs se sont retournés très rapidement et elle a cartonné! Et vous savez pourquoi? Vous savez ce qui l'a différencié des autres chanteurs? C'est sa détermination!

Lire la suite

Une entreprise qui fait la même chose, cest quoi ? Un concurrent ou un partenaire?

Comment faut-il voir un concurrent réellement ?

**Quand je vais quelques part et que je vois qu'il y a quelqu'un qui fait la même chose que moi, je suis super content et je vais directement vers elle. J'essaie d'entamer la conversation, de discuter. Une personne qui fait la même chose que moi, pour moi, c'est une chance. C'est une personne qui connait ma réalité, qui a certainement les mêmes problèmes que moi, qui a certainement des solutions à me proposer et vice versa. Est-ce que cela vous choque ? Faîtes-vous de même ? Je suis quasiment sûr que non car généralement, les gens ont une vision très péjorative de la concurrence. D'ailleurs, dernièrement, j'ai eu une conversation très intéressante sur ce sujet. En gros, je disais qu'il ne faut pas voir la personne qui fait la même chose que soit comme un concurrent à abattre mais comme un partenaire potentiel. Et bien sûr, les autres n'étaient pas d'accord et disaient à juste titre qu'un concurrent c'est un concurrent et certainement pas un allié. ** Qu'est ce qu'un concurrent pour la majeure partie des entreprises? Généralement, pour la plupart des entrepreneurs, une entreprise qui fait la même chose, c'est un concurrent. Cela signifie que c'est - une entreprise à surveiller - une entreprise à se méfier - une entreprise qui peut nous copier - une entreprise qui peut nous voler des clients - une entreprise qui peut réduire nos revenus - une entreprise qui peut nous faire mettre la clé sous la porte - etc Et tout ceci est vrai. De ce fait on comprend bien qu'un concurrent c'est un ennemi à éliminer avant que ce soit lui qui nous élimine. Mais au final, est-ce que cela ne serait pas dû à une simple question de mentalité ? À un formatage qu'on aurait reçu depuis notre plus jeune enfance ? Pourquoi un concurrent est un ennemi ? Depuis les plus petites classes à l'école, on nous apprend à être compétitif. On effectue des devoirs et... Attention ! Il ne faut pas que l'autre copie ! S'il copie ou si on le laisse copier, on a tous les deux zéros ! On échoue tous les deux. Donc, bien souvent, si on est un bon élève qu'est-ce qu'on fait ? On ouvre un livre qu'on place debout à droite, un autre à gauche et un dernier devant. On se créer une sorte de petite cabane pour garder secret notre copie pour être sûr que personne ne copie. C'est ce qu'on faisait souvent dans les petites classes en tout cas. Plus tard on faisait juste cacher sa feuille avec son bras pour se protéger (Vous faisiez un truc du genre également ?? Lol). (En passant, voici un exemple bien parlant d'une école en Thaïlande dont j'ai repris la photo de cet article). Bref, et ça ne s'arrête pas là. Ensuite, c'est les classements. Un tel à eu tel note c'est le premier, l'autre à eu moins c'est le deuxième et ainsi de suite. On voit bien que l'école nous apprend à se méfier des autres, à s'isoler et à penser à être meilleur que l'autre absolument. Et une fois adulte qu'est-ce qu'on fait ? La même chose ! On doit être meilleur que l'autre, il faut pas qu'il copie et on doit avoir de meilleurs résultats coûte que coûte. Et si on changeait de mentalité ? Pour réussir en affaire, un entrepreneur se doit de toujours regarder les choses différemment et de se placer volontairement en marge de la société. De ce fait, faîtes l'exercice de penser différemment (think different comme dirait Apple). Tout le monde dit qu'un concurrent c'est un ennemi. Ok, dans ce cas demandez-vous comment tirer profit d'une personne que tout le monde fuit. Comment tirer avantage de votre concurrent au lieu de l'écraser ? Au lieu de le voir comme un concurrent et un ennemi, pourquoi ne pas le voir comme un partenaire, comme un allié ? Un concurrent qui est devenu mon plus grand partenaire Avant, je faisais souvent des activités de réseautage pour me faire connaître et avoir de nouveaux clients (si vous pensez cela aussi vous êtes totalement dans le faux et vous allez perdre du temps car ça ne sert absolument pas à ça le réseautage ! ). Et à chaque réseautage différent que j'allais, il y avait toujours une personne qui revenait toujours. Le pire, c'était quelqu'un qui faisait la même activité que moi ! Un maudit concurrent !! Et comme il parlait vraiment beaucoup mieux que moi je me disais uniquement qu'il allait juste me voler tous les clients potentiels ! Et quand je commençais à parler avec quelqu'un et qu'il entrait dans la conversation, je m'éclipsais discrètement car je me disais c'est mort je ne peux pas rivaliser face à lui (toujours l'esprit de compétition qu'on nous inculte à l'école). Mais un jour, ce même gars, il est venu à moi. Il m'a dit "hey! Encore toi ! Mais tu me suis ma parole lol" (dit-il en riant généreusement. C'était vraiment une blague en guise de compliment d'entrée. On sentait que c'était une blague sincère sans aucune méchanceté). Et là, il commence à discuter avec moi. Il avait compris que j'étais dans le même domaine que lui et il commence à me poser des questions sur mon activité, ma façon de travailler, si j'avais beaucoup de clients, si j'étais super occupé, etc. Au début, je ne comprenais pas. Pourquoi un concurrent perdait son temps à discuter avec moi au lieu d'aller chasser d'autres clients ? Pour moi, il était entrain de perdre son temps avec moi et je ne comprenais vraiment pas sa logique. Et au bout d'un moment il m'a dit un truc que je ne m'y attendais pas du tout. Il m'a dit qu'il est extrêmement débordé et que si j'étais intéressé, il pourrait sous-traiter avec moi. C'était mon concurrent qui m'apportait un contrat... Alors là... J'en revenais pas ! La personne que je voyais comme un ennemi à abattre proposait de me faire vivre. Wow ! Un choc ! Naturellement j'ai accepté ! Des sous qui entrent enfin (je venais d'arriver dans une ville où je ne connaissais personne donc là c'était vraiment le bonheur !). Au fil du temps, on a travaillé ensemble sur une grande quantité de projets et c'est devenu une personne que j'aime vraiment beaucoup. Par la suite, j'ai rencontré d'autres concurrents qui ont fini par m'envoyer des clients également et vice versa. Un beau jour, je me suis même rendu compte que 60% de mes revenus provenaient de mes concurrents ! À ce moment là, ma vision des choses a complètement changé ! Pourquoi dire que c'est un concurrent vu qu'il m'apporte 60% de mes revenus ?! Ce n'est plus un ennemi mais un partenaire précieux qui m'aide à développer mon entreprise ! Et depuis ce jour, chaque fois que je vois une personne qui fait le même travail que moi, je me dis... C'est un partenaire potentiel ! C'est une personne qui a le pouvoir de m'aider à me développer, de m'aider à générer encore plus de revenus ! Et c'est ce que j'ai expliqué lors de ma conversation en étant persuadé qu'ils allaient me dire "oohhhh mais tu as trooop raisonnnn c'est vraiiiii j'y avais pas penséééé mais tu es génial je vais faire la même chose !!" . On m'a juste dit que c'était quasiment impossible d'appliquer ça à tous les domaines. En gros, c'était plutôt bizarre ce que je disais et ça ne s'appliquait pas à leur domaine. Pour eux, un concurrent restait un concurrent et c'était et restait un ennemi (vous pouvez voir la conversation et même venir donner votre avis !). Dans quel cas un concurrent ne pas être un partenaire ? C'est la question que j'ai posé. En faite, pour dire la vérité, je m'attendais à ce qu'ils me prouvent que j'avais tord mais ce n'était pas important. Mon but c'était simplement de créer un débat et de les faire réagir. Mais malheureusement je n'ai pas eu beaucoup de contre argument... Je vais essayer d'y répondre moi même ici. Mais avant ça, voici une petite histoire inventé de toutes pièces : Mon concurrent a sauvé mon entreprise [i]Je suis un entrepreneur et je possède un petit snack bar. Malheureusement, un autre snack bar est situé juste en face et fait la même chose que moi. C'est un maudit concurrent, un ennemi à abattre et il faut tout faire pour le faire fermer et garder le monopole. Grâce à tous mes efforts astucieux, je suis fière de dire que j'y suis parvenu ! J'ai triomphé de mon adversaire ! À présent, les clients viendront uniquement dans mon snack bar. Mais au bout de quelques temps, je me suis posé une drôle de question. Pourquoi viennent-ils chez moi ? Parce que je suis le meilleur ? Ou... Parce que je suis le seul...? Mais au fond.., qu'importe ?! Je fais mon cash, ça roule bien alors tour va bien ! Mais un jour... il y a eu de mégas travaux à faire sur la voie passante et c'étaient aux commerçants de le faire. Je suis seul à présent donc je dois le faire seul. Mais c'est trop cher et je n'ai pas les moyens... De ce fait, les clients viennent de moins en moins, j'ai de moins en moins de revenus, de visibilité et je suis au bord de la faillite. Soudain, un concurrent vient s'installer pas loin. Il vient me voir et me dit : "Tous les deux, on n'a pas les moyens de faire les réparations pour faire revenir la clientèle mais ensemble on pourrait y arriver !" Je n'ai plus rien à perdre alors je le suis. Peu de temps après, les clients recommencent à venir! Je suis sauvé ! Mon entreprise est sauvé ! Et cela... Je le dois... à mon concurrent... À partir de ce moment, je m'intéresse un peu plus a ce fabuleux concurrent qui a réussir à me sauver de la faillite. D'ailleurs, ne le vois plus comme un concurrent mais comme un ami précieux. Et je regarde son activité différemment. Je ne regarde plus les tords qu'il pourrait me causer mais je regarde pourquoi il semble mieux réussir que moi. Et là, je me rend compte qu'en faite, il ne s'isole pas. Il s'entour du plus de monde possible et il cherche toujours comment faire plus avec les autres sans regarder si c'est un concurrent ou pas. Pour lui, ce sont des entrepreneurs comme lui. Ce sont des personnes qui peuvent lui apporter beaucoup et donc il entretien toujours de bonnes relations. Or que moi, je ne pensais qu'à écraser pour rester le seul choix et j'ai failli couler parce que pour moi, un concurrent c'était un ennemi. Si mon concurrent pensait comme moi, j'aurais fait faillite comme j'ai causé la faillite de mon ancien concurrent. Mais heureusement pour moi, mon nouveau concurrent avait une façon de penser bien différente. Et cette mentalité à l'opposé de la mienne, a fait que c'est celui que j'appelais concurrent, qui a sauvé mon entreprise de la faillite.[/i] Comme je le disais, c'est une histoire fictive mais qui pourrait très bien arriver à n'importe quel entrepreneur. S'allier à un concurrent peut apporter énormément d'avantages : - plus on est nombreux et plus on peut éduquer plus facilement la clientèle - plus la clientèle est éduquer plus on augmente les ventes Un exemple ou un concurrent peut tuer une entreprise Bon c'est sûr, on ne vit pas dans une monde où tout est parfait. On va prendre le cas d'Apple qui est très intéressant. À ses tout début, Apple avait engagé un stagiaire pour le moins surprenant. Ce stagiaire posait énormément de questions et voulait vraiment tout savoir en détail. Et comme son responsable voyait tout du mon coté sans ne jamais voir le négatif, il racontait tout sans rien caché. À un moment donnée, Steeve Jobs à flairé la chose. Il a hurlé en disant au responsable de la fermer. Mais littéralement, il a dit la ferme! Le responsable n'a pas compris son comportement et à continuer d'expliquer le fonctionnement en détail. Quelques minutes après Steeve Jobs est arrivé et à carrément éteint l'ordinateur en disant d'arrêter de tout déballer. Quelques temps après, ce stagiaire à fonder une société qui est devenu un empire multinational et qui a faillit provoquer la mort d'Apple. Ce stagiaire est devenu la personne la plus riche du monde et il s'appelle Bill Gates. Il faut se méfier des concurrents pour ne pas faire faillite Ici on voit bien que le concurrent peut vraiment cosser énormément de mal et qu'il faut s'en méfier comme la peste ! Si Apple s'était méfier il n'aurait pas connu un enfer (Mais en même temps, Ça ne seraient sans doute pas l'entreprise qu'on connait aujourd'hui). Et qui a sauvé Apple ? D'ailleurs, savez-vous qui a sauvé Apple de la faillite ? C'est ce petit stagiaire qui était devenu leur plus grand concurrent ! Steeve Jobs est allé le voir, lui a demandé d'injecté du capital dans la boîte. de développer Microsoft Office pour Mac et c'est comme ça qu'il a pu repartir de plus belle ! Microsoft aurait très bien pu dire non, vous êtes un concurrent, crevez ! Mais Microsoft a d'abord regarder le bénéfice que ce concurrent pouvait lui apporter. Office sur Mac c'est plus de visibilité, un parc plus grand et plus de bénéfices. De plus, injecter du capital, c'est avoir un pourcentage sur toutes les ventes d'Apple (qui est supposé être son concurrent). Ami ou ennemi ? La vie est vraiment drôle. Par la suite, Apple a vécu de nouveaux exactement la même chose avec une autre entreprise. Le PDG de Google (à l'époque) était dans le conseil d'administration d'Apple. Il avait donc accès aux plus grand secrets d'Apple, ce qui lui a permis de développer Android, de devenir à son tour le plus grand concurrent d'Apple et l'ennemi à abattre ! Et aujourd'hui, on sait tous ce qu'Android est devenu. Le pire, c'est que l'histoire semble encore une fois se répéter. Apple a créé une alliance avec IBM pour pouvoir investir le monde des entreprises. IBM qui était le plus grand rival d'Apple avec Microsoft. En étant séparée, les deux entreprises n'y arriveront pas mais ensemble ils ont la capacité de réussir. C'est aussi simple que ça. Et quand deux géants s'allient, que fait la concurrence ? Ils forment des alliances également ! Comme Samsung qui s'unie à Blackberry pour tenter de contrer le duo Apple/IBM. En conclusion Ce qu'on peut retenir de tout ça, à mon sens, c'est qu'un concurrent n'est pas forcément un ennemi. Ça peut très bien être le partenaire idéal pour accélérer la croissance de ton entreprise ! Pour moi, tout est une question de mentalité et de point de vue. Soit on garde la mentalité qu'on a développé à cause du formatage de l'école en se disant un concurrent c'est un ennemi de mon entreprise. Soit on se casse la tête à chercher quel moyen génial on peut développer pour tirer profit de ce concurrent et pour propulser notre entreprise encore plus loin. Pour ma part, dès que je vois un concurrent, je vois une tonne d'opportunités d'affaire et non quelqu'un qui va mettre en péril mon entreprise. Pour moi, le véritable danger, c'est le concurrent indirect qu'on ne prête pas suffisamment attention. Le danger, ce n'est pas l'entreprise qui fait comme nous mais c'est l'entreprise qui fait différemment de nous. Un exemple toujours avec Apple : Qui est le plus grand concurrent du plus grand libraire ? Ce n'est pas le 2e plus grand libraire. C'est Apple avec sa tablette et tous les autres constructeurs qui font de même. Et si les libraires veulent survivre, ça ne sera pas en se battant contre les constructeurs de tablettes mais en s'unissant entre eux et avec les constructeurs de tablettes. Donc pour ma part, j'appuie de nouveau mon point de vue : un concurrent c'est un partenaire potentiel et non un ennemi. Et si vous pensez que je me trompe profondément, si vous pensez qu'un concurrent c'est d'abord et avant tout un ennemi à abattre, je serais extrêmement ravi de lire vos arguments dans les commentaires et voir comment vous allez me prouver que j'ai tord (C'est en faisant des débats qu'on apprend à développer sa vision des choses)! Alors, qui va s'essayer en premier ? :)

Lire la suite